Y a t-il une augmentation des impôts avec l’achat d’une piscine semi enterrée ?

Investir dans une piscine enterrée ou semi-enterrée n’est pas anodin. Tant et si bien que celle-ci à de fortes chances de faire augmenter vos impôts. Quelles sont les augmentations fiscales et les taxes à payer ? Faisons un petit tour d’horizon de la question, afin que vous sachiez dès à présent à quoi vous allez être confronté en installant une piscine semi-enterrée sur votre terrain.

Pour toutes les infos sur les piscines semis enterrées : piscine semi enterrée Bois

A l’inverse des piscines hors sol, le caractère définitif (ou presque) d’une piscine semi-enterrée engendre une augmentation des coûts généraux de votre habitation. Sans parler du coût de la piscine en elle-même, des travaux, de l’eau et des produits d’entretien, avoir une piscine dans son jardin fait aussi augmenter les impôts fonciers et les impôts locaux.

Quels sont les impôts à payer ?piscine-semi-enterree-rond

La taxe d’habitation

Tout d’abord, il faudra obligatoirement que vous déclariez votre nouvelle piscine aux impôts.

La piscine est considérée comme une annexe de votre maison, or, selon l’article 1407 du Code Général des Impôts, toute la maison et ses dépendances sont assujetties à la taxe d’habitation. Ainsi, vous verrez l’année suivant l’installation de votre piscine, une certaine augmentation de votre taxe d’habitation.

La taxe foncière

Comme la piscine semi-enterrée n’est pas démontable, elle fera augmenter la valeur locative de votre bien, comme une piscine enterrée normale. Soyez donc prêt à payer une taxe foncière elle aussi plus importante qu’avant. Cependant, vous pouvez bénéficier d’une exonération de taxe foncière pendant deux ans en déposant la déclaration Cerfa l 6704 IL dans les 90 jours suivant l’installation de votre piscine.

Si votre terrain est en pente : Comment installer une piscine semi enterrée sur un terrain pentu ?

La taxe d’aménagement

Enfin, l’installation de votre piscine entraînera le paiement de la taxe d’aménagement en vigueur depuis 2012. Cette taxe est redevable par tous les particuliers qui décident d’effectuer des “opérations d’aménagement, de construction (par exemple les abris de jardin d’une certaine surface), de reconstruction et d’agrandissement de bâtiments ou d’installations, nécessitant une autorisation d’urbanisme (permis de construire ou d’aménager, déclaration préalable)”. Selon ses proportions, une piscine semi-enterrée doit faire l’objet d’une déclaration de travaux ou d’un permis de construire. Le cas échéant, il faudra aussi vous acquitter de la taxe d’aménagement qui se calcule comme suit :

(Taxe forfaitaire x surface de la piscine) + taux communal ou départemental qui s’applique.

La taxe forfaitaire est révisée tous les ans. En 2018, celle-ci s’élève à 726€ du mètre carré hors Ile-de France et 823€ du mètre carré en Ile-de-France.

Par chance, la taxe d’aménagement n’est à payer qu’une seule fois et vous pouvez faire une simulation sur internet pour savoir à combien elle s’élèvera.

Pour ce qui est de la loi : Réglementation pour les piscines semi-enterrées

Voilà, vous êtes désormais briefé sur le cas des impôts lorsque l’on installe une piscine semi-enterrée sur son terrain. À vous d’estimer l’augmentation de vos impôts en vous rapprochant des services administratifs concernés. L’achat d’une piscine est un réel investissement et l’augmentation des taxes et impôts prouve bien qu’il ne faut pas se lancer dans l’installation d’une piscine à la légère.

piscine